27 septembre 2014

La mort à petits pas...

"Sylvie est partie discrètement sur la pointe des pieds en faisant un entrechat et le bruit que fait le bonheur en partant. Elle ne voulait pas déranger, elle m'a dérangé au-delà de tout. Cette année, l'hiver a commencé plus tôt, le 12 novembre. Je crois qu'il va durer longtemps et être particulièrement rigoureux."

527900_18087705_460x306

L'auteur a un credo, il ne veut pas sombrer dans le mélo. Il se lance dans la chronique gaie au jour le jour de son deuil. Avec ce livre, Jean-Louis Fournier touche une nouvelle fois la corde sensible du lecteur, le faisant passer du sourire aux larmes, en abordant un thème pourtant si personnel et universel à la fois. 

" Quand je voulais te mettre en colère je disais que tu étais une bonne ménagère. Tu rangeais tout et je ne retrouvais rien. Aujourd'hui, je n'ai plus rien à perdre."

Je pense que la Mort est l'une de mes plus grande névrose. A chaque fois que l'on aborde le sujet je me barricade, la peur m'assaille et je ne veux surtout pas en entendre parler, je fais taire mes angoisses car à chaque fois j'ai l'impression qu'un gouffre m'englouti, je manque d'air.

Et pourtant, quand ce samedi, une lectrice à rapporter le livre Veuf de Jean-Louis Fournier et me l'a tendu en me disant dans un sourire: "Ce livre vous réconcilie avec la perte!", je ne l'ai pas remis dans les rayons mais dans mon sac pour le dévorer en une soirée.

La Mort me fait toujours peur, mais le temps d'un roman, j'ai réussi à en sourire.

7723456680_veuf

 

" On m'a retiré ma moitié, ce que j'avais de mieux. Je m'arrose de ton parfum pour que tu repousses."

Posté par fedou à 15:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,