18 septembre 2017

La drôle de vie de Zelda Zonk - Laurence Peyrin

A la suite d'un grave accident de voiture, Hanna, une jeune Irlandaise à la vie rangée, se retrouve à l'hôpital. Pendant son séjour, elle va partager sa chambre avec une certaine Zelda Zonk, vieille dame de quatre-vingt-cinq ans, joyeuse et determinée. Très vite, une profonde amitié va naître entre ces deux femmes. Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d'emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c'est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant. Tout en menant l'enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie. Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier ? Si vraiment Zelda est Marilyn, si elle a réussi à passer de la lumière à l'anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie ? Une enquête savoureuse autour de Marilyn Monroe. Une grande histoire d'amour et d'amitié, émouvante et intense.

ob_4f0130_jai-lu-2017-aout-1

 

Cependant, un bruit léger s'échappait de l'autre moitié de la pièce, qui disait que la vieille dame ne dormait pas plus qu'elle. Ce n'était pas une respiration, mais une sorte de glissement feutré qui s'étirait régulièrement. Un peu malgré elle, Hanna se sentit réagir à ce rythme familier. Son esprit embourbé dans la déprime poisseuse qui suit l'euphorie s'éveillait de nouveau: elle reconnaissait cette petite musique, c'était le feulement d'un fil que l'on tirait à travers une toile. Prenant des risques inconsidérés, Hanna bougea de quelques centimètres de son poste de soldat à l'affût. Son oeil subitement intéressé s'arrêta sur le tambour à broder, seul chose qui dépassât du rideau de séparation. Elle reconnut la déformation particulière du pouce de la brodeuse, et se dit qu'elle partagerait au moins cette crampe-là avec sa voisine inconnue.

Les minutes s'égrainèrent doucement. Apaisée, Hanna suivait le mouvement régulier des doigts tirant l'aiguille, le coton rouge dessinant des volutes sur la toile bise. A sa manière de passer les fils derrière l'ouvrage, elle sut que la vieille dame n'était pas une brodeuse de circonstance; c'était une experte, comme elle.

Le silence s'étala, percé régulièrement par l'aiguille et le fil qu'on tirait, de l'autre côté du rideau. La conversation ne débutait pas, chacune craignant probablement de déranger l'autre. Cela ne pourrait pas durer, se disait Hanna, et les convenances exigeaient que ce soit elle qui salue la première.

Mais peut-être veut-elle qu'on lui foute la paix... Ou peut-être qu'elle est autiste , comme toi, couillonne! Il était temps.

"C'est du point de croix ce que vous faites?" Hanna entendit le son de sa propre voix, avec l'impression d'avoir sauté dans un puits. Elle n'avait pas pu faire ça.

La main au-dessus du tambour suspendit son geste, il y eut un grincement de literie, et le rideau s'ouvrit sur des cheveux très blancs et des yeux très bleus. Un sourire.

"Oui, du point compté. Vous connaissez? 

Ce roman est une ode à la bonne humeur et à l'amitié. C'est un petit gâteau au beurre que l'on savoure sur fond de paysages irlandais. J'ai lu ce livre presque d'une traite tant l'intrigue est bien menée. Tout comme Hanna, on a envie de savoir, on s'attache aux personnages, on a presque l'impression de faire partie de la famille.

Et je viens de voir que ce roman connaît une suite: Hanna. Autant vous dire qu'il est déjà dans ma liste d'envies.

Posté par fedou à 14:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


04 janvier 2015

Un Noël blanc - Le réconfort de la mélancolie

Constance, atteinte d'un cancer incurable, refuse de mourir à l'hôpital et décide de passer ses derniers jours et son dernier Noël dans sa maison d'enfance à Dublin. Le courage tranquille de cette femme, son humour, son amour de la liberté qui lui fait refuser l'acharnement thérapeutique sonnent presque comme une victoire sinon sur la mort du moins sur la peur de mourir.

Elle a encore deux tâches à accomplir: terminer le livre qu'elle écrit pour apprendre la femme qu'elle a été et confier à son père la petite fille qu'elle avait voulu élever seule. 

Les moments présents se croisent et s'entremêlent avec les souvenirs du passés, dessinant ainsi une femme combattante et combative, sûre d'elle et pourtant tellement fragile, entourée et pourtant si seule.

Considérée comme l'un des meilleurs écrivains irlandais contemporains (et à juste titre au vu de ce roman) , Jennifer Johnston nous livre ici une oeuvre poignante, superbement écrite, une lumineuse réflexion sur la mort certes, mais bien au-delà, sur l'influence de nos choix, de nos décisions, sur le destin.

IMG_0132

" C'était toujours un évènement quand on apportait l'arbre de Noël à la maison. La fraîche odeur des aiguilles de pin dans les chambres qui sentaient l'hiver. La joie de sotir les guirlandes étincelantes des papiers de soie dans lesquels on les avaient enveloppées onze mois auparavant. La chaude odeur de la cire lorsque, pour la première fois, les petites bougies rouge et tire-bouchonnées scintillaient dans leurs supports dentelés. C'était presque mieux que Noël, qui, au fond, ne répondait jamais à l'attente de personne."

 

Posté par fedou à 19:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 septembre 2014

Sur un air d'Opéra

" Vendello a posé le livre. tu es l'entre-deux, la note suspendue, l'équilibre fragile. Tu es le vacillement qui contient la chute, tu es la dièse qui frôle le sol, un presque sol; tu es la défaillance retenue d'extrême justesse, tu es le bord de l'abîme. Tu es ce qui pourrait être et qui n'est pas, tu es un possible. Tu es cette note en mouvement obligé vers une autre, qui voudrait se confondre avec elle et ne se confond pas. tu as l'incertitude. Tu es la note sensible."

Ils se voient de temps en temps, pour un apéritif, un concert à l'opéra, une galette des rois. Elle s'occupe de lui quand il tombe malade, et, lorsqu'elle perd sa grand-mère, se réfugie chez lui.

Mais Vendello se fait de plus en plus absent, lui parle sans cesse du chef Noureguiev… Elle se renseigne sur Noureguiev, visite les mêmes lieux que Vendello, et finit par découvrir son homosexualité. Déçue, se sentant trahie, elle se demande pourquoi il l'a laissée l'aimer…

Un récit très sensible, écrit avec une grande simplicité, qui avance à coups de menus événements, de petites touches, où rien n'est dit, mais tout est implicite.

note sensible

La note sensible, Valentine Goby.

" Le ciel était transparent. Il faisait jour. Au-dehors, les volets étaient encore fermés, les rideaux tirés, les stores baissés. Il n'entrait pas les fenêtres ni lumières, ni bruits. Les balcons étaient déserts, la cour vide [...]. Le plafond était silencieux, le couloir muet, les chambres . C'était dimanche".

Posté par fedou à 10:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 juin 2014

En marche...

Il aura suffi d'une lettre - la lettre d'adieu d'une amie qui se meurt - pour jeter Harold Fry sur les routes d'Angleterre.

Quelques sous en poches, une paire de chaussures-bateau et l'espoir de la revoir une fois encore...

Cottage après cottage, bocage après bocage, Harold marche, persuadé que, tant qu'il avance, son amie vivra. Il marche et repense à sa vie. Mille kilomètres parcourus pour que le destin d'Harold Fry rejoigne celui de sa femme, son fils, son amie, et tous ceux qu'il croise sur sa route...

1-unnamed

" L'idée et la décision vinrent en même temps. C'était d'une simplicité désarmante. - Dites-lui qu'Harold Fry est en route. Elle a simplement à m'attendre. Parce que je vais la sauver, voyez-vous? Je vais continuer à marcher et elle, elle doit continuer à vivre. Vous lui direz?[...]

- Je pars maintenant. Tant que je marcherais, elle doit rester en vie. S'il vous plaît, dites-lui que cette fois, je ne la laisserais pas tomber."

 Un roman poignant mais pas larmoyant, drôle, irrespectueux à souhait, surprenant, provocateur; le parcours d'un Forest Gump septuagénaire à travers l'Angleterre en quête d'un nouveau souffle.

Posté par fedou à 19:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 janvier 2014

Un nouvel horizon

Mon premier livre de 2014 est un voyage au coeur de l'Histoire que l'on savoure avec ferveur.

Quand Honor Bright décide de franchir l'Atlantique pour accompagner, au coeur de l'Ohio, sa soeur promise à un Anglais récemment émigré, elle pense pouvoir recréer auprès d'une nouvelle communauté le calme de son existence de jeune quaker: broderie, prière, silence.

whittierbirthplace

Mais l'Amérique de 1850 est aussi périlleuse qu'enchanteresse: soumise pour 15 ans encore au régime de l'esclavage, traversée de toute sorte d'épidémies, torturée par une nature capricieuse, rien dans cette terre ne résonne pour elle d'un écho familier.

Portrait intime de l'éclosion d'une jeune femme (qui va s'affranchir de sa discrétion et participer au "chemin de fer clandestin", un réseau d'aide aux esclaves en fuite vers les terres libres du Canada), fresque poignante sur la violence d'une époque, témoignage précieux sur les habitudes de 2 communautés méconnues - les quakers et les esclaves en fuite - La dernière fugitive confirme le talent et la parfaite maîtrise romanesque de l'auteur.

Freed-Slaves-010

Posté par fedou à 09:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,