04 janvier 2015

Un Noël blanc - Le réconfort de la mélancolie

Constance, atteinte d'un cancer incurable, refuse de mourir à l'hôpital et décide de passer ses derniers jours et son dernier Noël dans sa maison d'enfance à Dublin. Le courage tranquille de cette femme, son humour, son amour de la liberté qui lui fait refuser l'acharnement thérapeutique sonnent presque comme une victoire sinon sur la mort du moins sur la peur de mourir.

Elle a encore deux tâches à accomplir: terminer le livre qu'elle écrit pour apprendre la femme qu'elle a été et confier à son père la petite fille qu'elle avait voulu élever seule. 

Les moments présents se croisent et s'entremêlent avec les souvenirs du passés, dessinant ainsi une femme combattante et combative, sûre d'elle et pourtant tellement fragile, entourée et pourtant si seule.

Considérée comme l'un des meilleurs écrivains irlandais contemporains (et à juste titre au vu de ce roman) , Jennifer Johnston nous livre ici une oeuvre poignante, superbement écrite, une lumineuse réflexion sur la mort certes, mais bien au-delà, sur l'influence de nos choix, de nos décisions, sur le destin.

IMG_0132

" C'était toujours un évènement quand on apportait l'arbre de Noël à la maison. La fraîche odeur des aiguilles de pin dans les chambres qui sentaient l'hiver. La joie de sotir les guirlandes étincelantes des papiers de soie dans lesquels on les avaient enveloppées onze mois auparavant. La chaude odeur de la cire lorsque, pour la première fois, les petites bougies rouge et tire-bouchonnées scintillaient dans leurs supports dentelés. C'était presque mieux que Noël, qui, au fond, ne répondait jamais à l'attente de personne."

 

Posté par fedou à 19:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,